La vie d’une jeune femme aurait pu être sauvée par un simple appareil

Il y a six ans. C’était une journée parfaite. 22 °C au soleil avec une légère brise. Paul Renaud et sa fille Sophie étaient au centre commercial, cherchant une robe pour le bal de fin d’année. Le dernier événement de l’année organisé par le collège de l’adolescente.

C’était la dernière fois que Paul Renaud voyait sa fille.

Selon la police, cela a sans doute commencé comme un vol. Il y avait des signes de lutte. La portière de la voiture de M. Renaud était ouverte et les clefs étaient sur le sol. Le portefeuille lui n’était plus là.

Mais il y avait du sang sur la voiture. Une analyse du sang a montré qu’il s’agissait de celui de Sophie.

Des passants se trouvaient à moins de 30 mètres de la jeune fille lorsqu’elle a été enlevée, mais personne n’a rien vu ni entendu.

Le sort de Sophie Renaud reste inconnu.

Mais Paul Renaud a dédié sa vie à faire en sorte que ce cauchemar ne se reproduise pas, en créant l’alarme personnelle PocketAlarm.

Il a commencé à travailler sur l’appareil quelques années après la disparition de sa fille.

« La première raison qui entraîne le succès des enlèvements est que la victime ne fait pas ou ne peut pas faire de bruit, le ravisseur essaie de faire taire la victime. »

M. Renaud avait donc deux objectifs principaux lorsqu’il a développé PocketAlarm : Rendre l’alarme aussi accessible et aussi bruyante que possible.

« La capacité de facilement faire du bruit est cruciale en cas d’enlèvement », ajoute la police.

L’appareil s’attache facilement à un sac à main, un porte-clefs ou à un sac à dos. Il est également assez petit pour tenir dans votre poche. Mais il est très puissant.

Un simple appareil est capable d’émettre 125 dB afin d’attirer l’attention et effrayer de potentiels agresseurs. En comparaison, c’est le même volume sonore qu’un avion à réaction militaire au décollage.

Facile d’utilisation

Plutôt que d’avoir un bouton qui pourrait facilement être pressé par accident, l’alarme PocketAlarm dispose d’une goupille. Une fois la goupille tirée, l’appareil émet un son strident pendant une durée pouvant atteindre 30 minutes, ou jusqu’à la réinsertion de la goupille. Il peut ainsi être réutilisé indéfiniment.

M. Renaud espère que son produit sera bien plus qu’un outil de dissuasion contre les enlèvements. Il souhaite participer à empêcher tous types de crimes.

Adapté à la sécurité des femmes, des enfants et des personnes âgées

« Il peut être utilisé dans de nombreuses occasions », indique-t-il. « Les parents peuvent le donner à leurs enfants comme un outil supplémentaire de protection.

Les adolescents peuvent l’utiliser afin de se sentir en sécurité quand ils rentrent chez eux. Les femmes savent qu’il est avec elles lorsqu’elles doivent utiliser les parkings souterrains la nuit.

J’en ai donné un à toutes les femmes de ma vie, y compris ma mère de 78 ans.

J’aime savoir qu’elle peut l’utiliser pour appeler à l’aide si elle tombe ou se sent menacée. J’aurais simplement aimé inventer cela des années plus tôt. »

Sa voix s’éteint.

Il est évident que le souvenir de sa fille reste dans son esprit.

Il essuie ensuite ses yeux, et s’en va après une poignée de main ferme. Paul Renaud doit se rendre à une réunion des Femmes contre la violence. C’est l’invité d’honneur.

Des femmes de tout le pays ont fait le trajet pour le rencontrer. Chacune d’entre elles a, d’une façon ou d’une autre, eu recours à l’alarme SafeSound.

« Elle a sauvé la vie de ma fille », témoigne une mère reconnaissante.

« Je ne sais pas ce qui serait arrivé si elle ne l’avait pas eue avec elle. »

Paul Renaud sait que ce qui est arrivé à Sophie ne l’a pas été en vain. Il peut le voir sur les visages de toutes les personnes qu’il a aidées.

La police constate que les crimes violents ont augmenté en 2018, particulièrement durant le mois dernier.

Mais il n’y a pas que de mauvaises nouvelles.

La police remarque également une tendance lorsque l’alarme PocketAlarm est utilisée.

« Le bruit fracassant désoriente les criminels », confirme la police. « Cela leur met des bâtons dans les roues et ils battent en retraite. »

Ils notent également que les victimes sont généralement désarmées.

Comment acheter PocketAlarm

Mise à jour: 

Pour contribuer à la protection des citoyens lors de la rentrée scolaire, PocketAlarm fait actuellement l’objet d’une réduction spéciale de 50 % réservée.

Mais dépêchez-vous, du fait de la très forte demande, plus de 1,5 million d’exemplaires de l’alarme personnelle PocketAlarm ont été vendus et les stocks s’épuisent rapidement.

Cliquez sur le bouton vert pour savoir si elle est toujours disponible.

Vos commentaires

comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>